Akwaba Grand-bassam

 Aspect démographique

Couvrant une superficie de 12km2, la commune de Grand-Bassam compte, au recensement de 1988, une population résidente de 56.358 habitants. La densité de la population apparaît élevée : 4.696hab/km2. La population urbaine représente plus de 80% de la population communale. Cette dernière comprend les populations des villages et est relativement jeune. 43,1% des habitants ont un âge compris entre 05 et 20 ans.  Le recensement de1998 a dénombré 11,292 ménages, soit un ratio de 5 habitants par ménage.

 

Patrimoine

 

La ville historique de Grand-Bassam, mémoire de l’histoire coloniale de la Côte d’Ivoire est bâtie sur un ilot de terre de 72 ha insérée entre la mer et la lagune. Elle se subdivise en 4 zones distinctes (commerciale, administrative, résidentielle et le village) présentant un ensemble architectural urbain remarquable. Le style architectural des bâtiments coloniaux et la planification urbaine fondés sur la séparation et l’affectation des lotissements avec des rues arborées et des parcelles boisées démontrent l’influence de la France sur la colonie de Côte d’Ivoire suite à la signature des traités de protectorat.

Cet ensemble architectural et urbain remarquablement représentatif de la société coloniale en Côte d’Ivoire à la fin du 19è siècle a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’unesco le 29 juin 2012 à Saint Petersburg- Fédération sur la base des critères III et IV.

La reconnaissance internationale de la ville historique de Grand-Bassam comme patrimoine mondial de l’Unesco tient pour l’essentiel à sa valeur universelle exceptionnelle (VUE).

 En effet, Grand-Bassam témoigne par son organisation urbaine bien préservée d’une importante tradition culturelle liée à son rôle de capitale coloniale, de centre administratif à l’échelle de l’ancienne AOF (Afrique occidentale française) et de pôle commercial régional. Des années 1880 aux années 1950, la ville rassemble différentes populations africaines, européennes et moyen-orientales, dans une cohabitation harmonieuse.

Grand-Bassam offre un exemple éminent d'urbanisme colonial rationnel par ses quartiers spécialisés au sein d'un réseau urbain d'ensemble où la végétation tient une place importante.

L’architecture coloniale est caractérisée par un style sobre et fonctionnel, utilisant les principes hygiénique appliqués à une situation tropicale. L'organisation de la maison vernaculaire au sein du village N'zima lui fait écho, exprimant la permanence des valeurs autochtones.

La culture

Au plan culturel, la ville est aussi le lieu d’expression de pratiques culturelles qui sont le fait des populations locales. Les N’zima et les Abouré. Ces pratiques, l’abissa chez les N’zima et la fête de génération chez les abouré sont en rapport avec leurs organisations, politiques, sociales, religieuses et militaires. Ces politiques sont le garant de l’harmonie et de la cohésion au sein de la communauté.

 

Activités économiques

L’ouverture sur l’Océan Atlantique et la proximité de la ville d’Abidjan font de la pêche, de l’artisanat et du tourisme les principales activités économiques de la ville.

  • Grand-Bassam apparaît comme le premier centre artisanal du pays et dispose d’un centre artisanal et d’un village artisanal long de plus de 2 km. Elle abrite plus de 1000 artisans qui travaillent le bois, l’or, le bronze, l’argent et le batik avec une production variée : sculpture, céramique, vannerie, bijouterie, poterie.
  • La ville de Grand-Bassam possède une unité industrielle, la Scierie Africaine (SCAF) qui emploi moins de 300 personnes.

Elle dispose d’un Village des Technologie de l’Information et de la Biotechnologie (VITIB).

En plus de ces deux pôles économiques, comme toutes les communes de Côte d’Ivoire, Grand-Bassam connaît une intense activité de petits commerces, allant des nombreuses petites boutiques aux pharmacies, en passant par les stations services. Le secteur informel joue également un rôle prépondérant, avec ses nombreux petits métiers.

 

  • Le tourisme

La ville de Grand-Bassam de par sa proximité avec la capitale économique de la Côte d’Ivoire est devenue au fil des ans, le premier centre touristique d’Abidjan.

En effet, grâce à :

  • ses atouts naturels
  • son riche patrimoine culturel et traditionnel,
  • ses réceptifs hôteliers le long des plages,
  • ses restaurants aux mets variés,

 la ville accueille des milliers de touristes nationaux et internationaux venus d’horizons pour non seulement visiter sa ville historique inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO et ses monuments mais également participer aux différentes fêtes traditionnelles des peuples autochtones. Elle est le lieu de rencontres des hommes et des idées à travers colloques, séminaires et ateliers.

Banques

La localité de Grand Bassam, compte à ce jour de nombreuses institutions financières privées comme publiques. Au niveau public, le trésor y est installé permettant ainsi de recueillir l'impôt collecté pour le compte de l'État et pouvoir payer les salaires des fonctionnaires. Les institutions financières privées sont aussi représentées, on peut citer des agences des grandes banques comme la SGBCI, la BIAO,  la BACI, Eco Bank, sans oublier les  microfinances telles que la COOPEC et la MUCREFAB .

Scroll to Top